texte


           Paty Vilo
Artiste plasticienne


.        Présidente et fondatrice de Fiber Art Fever ! Paty Vilo a vécu 15 ans au Mexique où elle découvre le travail du textile dans lart contemporain.
         Maquilleuse en audiovisuel et spectacle à Paris dès ses 20 ans, elle peinturlure tout ce qu’elle trouve : des corps(Body-art), aux murs et plafonds(Home-art), en s’échappant dans la nature (Land art).
         Bijoutière en argent au Mexique elle a gardé de ses activités une bonne dextérité, un certain goût pour le travail bien fait et le sens du détail tout en recherchant la spontanéité de la création et la liberté du geste.
         Ambiance Rococo et Zénitude, autant que cela puisse se concilier…

         Artiste multidisciplinaire, elle a aussi exploré la sculpture : bronze, argent, terre, céramique et matériaux divers comme le fil de fer et s’est essayé à la peinture sans grand attrait.
         Depuis 2005 elle travaille avec le textile.

         Au Mexique à partir de 1991, elle y apprend à travailler dans les villages artisans indigènes : la terre, les perles de rocaille, le bois taillé à la machette et y découvre le travail de l’argent tout en ayant gravé au passage chez le Maitre Afredo Zalce.
         A Guadalajara- Jalisco, en autodidacte, elle monte son atelier et sa collection de bijoux en argent, selon la méthode traditionnelle de la cire perdue « Ma première table de bijoutier, c’était deux cartons surmontés d’une planche de bois. Je ne savais rien, seulement que la première pièce devait être sculptée dans la cire»
Mais elle vend sa collection dans les meilleures boutiques de stations balnéaires comme Puerto-Vallarta et participe à de nombreux salons dirigés vers l’export.
        
         Entre 2003 et 2005 elle lance à Guadalajara (Jalisco-Mexique) le mouvement Puertas Abiertas al Arte appuyé sur un festival annuel de 150 artistes plasticiens en 50 espaces, pour sortir l’art des endroits traditionnels et donner leur chance aux artistes émergents. Elle y découvre l’art textile à travers le travail de Monica Leyva, artiste plasticienne mexicaine diplômée d’une école d’art textile à Londres.

         Créant quelques costumes pour le spectacle (enfants et performances), frustrée par les limites du corporellement durable, acceptable, possible etc. Paty Vilo s’essaye aux tentures textiles exposées pour la première fois en 2005 à la Galerie Chucho Reyes (Guadalajara – Mex). Elles nous parlent de la femme, des saisons, de rythmes de vie et de mort.
         La série des fœtus, brodés sur des coussins en forme d’œufs, abrités sous leurs huttes de bambou, nous attrapent ensuite dans leurs humeurs.
         Les masques en crochet plus récents, réminiscence de son travail de maquilleuse, exhibent ce qu’il essayent de cacher. Et puis ces nounours éclatés, blessés, décapités ! Un humour noir plein de compassion sur les blessures passées.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire